Mes modes d’évaluation


Cette page est dédiée à mon organisation concernant l’évaluation en cours de Techno.

Avant de lire comment j’évalue actuellement, je vous invite à découvrir mon cheminement sur l’évaluation à travers un retour en arrière sur mes années passées. Cela se passe en cliquant sur le lien suivant : Mon cheminement à travers l’évaluation.

Vous pourrez aussi aller voir du côté des outils d’autoévaluation développés dans mon Académie et que j’ai modifiés pour mon usage personnel (page à remettre à jour)

 

 

Mon dernier poste en date (que j’occupe depuis 3 ans maintenant) est dans un collège de grande taille (on avoisine les 1000 élèves) de profil semi-rural (beaucoup d’enfants dont les parents travaillent sur Bordeaux à 20 kms et des familles issues d’activités viticoles) et dont le mode d’évaluation commun est la note sur 20. Lors de ma première rentrée, je me suis refusé de changer mes pratiques et j’ai eu le plaisir de trouver dans l’équipe de Sciences (j’englobe Techno, SVT et Physique/Chimie) des personnes aguerries à l’évaluation par compétences. Il nous a suffit d’une petite réunion pour nous mettre d’accord sur une grille de compétences commune dans les 3 disciplines. Le but était d’harmoniser nos pratiques et de donner un socle (sic) commun aux élèves dans le pôle Sciences. Ces 12 compétences sont reliées aux 8 domaines du SC4 et nous permettent facilement de parler d’une seule voix lors des temps de validation des domaines pour le LSU ou le DNB (désolé pour les sigles … je fait un petit rappel : SC4 : Socle Commun de Connaissances, de Compétences et de Culture, soit tout ce qu’un élève doit avoir acquis en fin de scolarité obligatoire – LSU : Livret Scolaire Unique, l’outil en ligne qui contient les acquis des élèves pendant toute leur scolarité obligatoire. Il est abondé tout au long de la scolarité – DNB : Diplôme National du Brevet, le bon vieux Brevet des Collèges). Voici cette grille :

 

Les compétences sont évaluées selon 4 niveaux d’acquisition (ou niveaux de maîtrise) qui correspondent aux niveaux attendus pour la validation des domaines dans le LSU (l’équivalence avec une note est donné à titre indicatif et reprend le système de conversion mis en place dans LSU pour calculer la note sur le contrôle continu des 3èmes) :

Pour chacune des 12 compétences, j’ai tenté de décliner mes attendus dans chaque niveau. Je ne suis pas allé jusqu’à exprimer ce que signifie par exemple “Maîtrise fragile” pour la compétence “Je comprends le sens général d’un texte” qui est une compétence attendue (soit maîtrisée) en fin de 6ème par exemple mais vous trouverez toutes les sous-compétences attendues selon le niveau (on peut les dénommer “items” ou déclinaisons si on veut), leur prérequis (les attendus du niveau précédent) et des attendus supérieurs (qui sont les attendus du niveau suivant …). Vous trouverez un fichier .pdf par niveau ainsi que la grille individuelle que je donne aux élèves pour suivre leur progression durant l’année : 

 

Cette grille contient pour chaque évaluation une colonne “Mon éval” et une colonne “éval prof” afin que chacun puisse y reporter son autoévaluation faite a priori et mon évaluation a posteriori. J’ai décidé, dans un souci de clarté, de n’apposer que les 12 compétences de la grille et non pas y faire apparaître les items. Les élèves, bien que cela ne permette pas d’être précis dans la lecture des évaluations, notent les niveau de maîtrise de l’item correspondant sur la ligne de la compétence à laquelle il appartient. Par exemple, si j’évalue l’item “Je suis capable d’exprimer ma pensée à l’aide d’un croquis à main levée”, les élèves noteront leur niveau de maîtrise sur la ligne de sa compétence-mère qui est “Communiquer à l’aide d’outils adaptés”. Cela peut paraître lourd mais, après quelques temps, les élèves semblent avoir bien intégré cela. En outre, et afin de les aider, chaque fiche d’activité contient dans son cartouche de présentation les items évalués, leur compétence-mère et une colonne pour l’évaluation de l’enseignant et l’autoévaluation.

Après 3 années d’utilisation, j’ai repris à plusieurs reprises les grilles de déclinaison pour les rendre plus précises. Cependant, je sais qu’elles sont bien trop complexes et lourdes car elles se veulent les plus exhaustives possible. Mais encore une fois, je me rends compte qu’elles ne sont pas exploitables par les élèves. Je leur laisse à disposition que cela soit sur l’ENT ou sur Pronote mais je ne les laisserai plus dans leur classeur, cela est inutile et coûteux.

 

Comment j’évalue ?

Tout le propos développé ci-dessous n’engage que moi et n’a pas vocation à être un exemple. Tout juste un timide essai d’explication de ma pratique dans le seul but de m’obliger à la défendre et à la présenter afin d’avoir des retours (autres pratiques, questionnements …) avisés et bienveillants.

Au jour d’aujourd’hui et en prenant en compte la spécificité de ma discipline où les apprentissages s’effectuent principalement à travers le travail de groupe, l’évalaution se décompose en 2 temps bien distincts:

  • une évaluation formative lors des temps de travaux de groupe. C’est l’évaluation des 3 compétences mises en avant dans les cartouche des fiches d’activité. En fin, d’activité, les élèves sont invités à s’autoévaluer et je leur rend la fiche une semaine plus tard et évaluée par mes soins avec annotations. Cette évaluation peut mettre en avant des pratiques individuelles ou de groupe, des items transversaux ou disciplinaires. Cela signifie que chaque activité réalisée est évaluée. Formative, cette évaluation n’a pas pour objectif de sanctionner une maîtrise mais de prendre un instantané de l’atteinte des objectifs de l’activité par les élèves. Le fait d’évaluer la même compétence de façon régulière permet réellement aux élèves de leur enlever le stress de l’enjeu généré par une évaluation sommative.
  • une évaluation sommative individuelle sur les synthèse de l’activité précédente. Cette évaluation vérification d’acquis et de compréhension s’effectue en début de cours avec l’application en ligne Plickers. Un QCM est préparé en fonction de la ou des fiches de synthèse à maîtriser et les élèves utilisent leurs cartons pour répondre. Cela prend 5 minutes au maximum et cela me permet d’évaluer régulièrement la compétence “Apprendre les leçons”. Plickers est rapide, efficace et me synthétise les résultats des élèves. Tout comme une évaluation écrite, je communique les résultats a posteriori sur Pronote afin d’éviter le syndrome de la comparaison entre pairs.

Je ne fais plus de devoirs sur table. Je trouve que le peu de temps que j’ai en classe avec mes élèves doit être le plus possible du temps de travail en groupe.

Le document de synthèse que j’utilise pour mon usage personnel ressemble à ceci :

Les évaluations des activités et des vérifications de connaissances sont ordonnées par colonne, les élèves par ligne. Un rapide coup d’oeil permet de voir les activités mieux réussies que d’autres mais surtout les progressions ou non des élèves dans telle ou telle compétence évaluée plusieurs fois. Je peux avec cette feuille de calcul ne faire ressortir que telle ou telle compétence par exemple.

Ce que je regrette : je suis à l’heure actuelle incapable de mettre en place une réelle remédiation en classe : je n’arrive pas à faire ressortir du temps pour cela. Cela va être un de mes objectifs pour l’année prochaine. En l’état actuel des choses, au-delà de reévaluer à plusieurs reprises certaines compétences, je ne permets pas à mes élèves d’utiliser comme je le souhaiterais cet outil qu’est l’évaluation par compétences. Une des clés de résolution pourrait se trouver dans les temps d’AP (accompagnement personnalisé) qui est dévolu à mes collègues de Français, Maths et Anglais dans mon collège ?

 

Le Projet 6ème par Compétences :

Lors de cette rentrée (2019-2020), nous nous préparons au lancement de 2 classes classiques de 6ème évaluées par compétences. Une équipe de professeurs volontaires a été formée et nous nous sommes réunis à plusieurs reprises afin d’ébaucher une grille d’évaluation commune à toutes les disciplines contenant un nombre raisonnable d’items.

La grille est en passe d’être finalisée et les outils de communication à destination des élèves et des parents aussi. Je les publierai lorsqu’ils auront été validés par tous les intervenants. L’entrée dans la grille commune s’effectue par les 8 domaines du Socle afin de ne pas perturber les parents et les enfants et de garder une cohérence avec les outils de communication du Ministère. Les compétences rattachées aux domaines ont été discutées et un ensemble de compétences transversales (ou interdisciplinaires, en tout cas que chacun s’efforcera d’évaluer) a été établi.

Il nous faut nous atteler à l’outil de communication le plus important : le bulletin scolaire … et là, ce n’est pas une mince affaire car notre cher outil Pronote ne nous permet pas de créer une maquette satisfaisante à l’heure actuelle. La rentrée approche, de nouvelles informations arriveront bientôt.

Print Friendly, PDF & Email